03 février 2007

Encore un peu de Prevert?

Je viens de faire un saut, un grand, dans mon enfance!
J'y ai (re)trouvé grâce à vous une perle : en sortant de l'école...


00029

En sortant de l'école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré.
Tout autour de la terre
nous avons rencontré
la mer qui se promenait
avec tous ses coquillages
ses îles parfumées
et puis ses beaux naufrages
et ses saumons fumés.
Au-dessus de la mer
nous avons rencontré
la lune et les étoiles
sur un bateau à voiles
partant pour le Japon
et les trois mousquetaires des cinq doigts de la main
tournant la manivelle d'un petit sous-marin
plongeant au fond des mers
pour chercher des oursins.
Revenant sur la terre
nous avons rencontré
sur la voie de chemin de fer
une maison qui fuyait
fuyait tout autour de la terre
fuyait tout autour de la mer
fuyait devant l'hiver
qui voulait l'attraper.
Mais nous sur notre chemin de fer
on s'est mis à rouler
rouler derrière l'hiver
et on l'a écrasé
et la maison s'est arrêtée
et le printemps nous a salués.
C'était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie de chemin de fer
qui ne voulait plus avancer
de peur de les abîmer.
Alors on est revenu à pied
à pied tout autour de la terre
à pied tout autour de la mer
tout autour du soleil
de la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture et en bateau à voiles.

Jacques Prevert


7 commentaires:

bergere a dit…

Merci! Cela me donne envie de relire mes bouquins de poesie de prevert... Cela me rapelle aussi une discution que j' avais eu avec quelqu' un. Je lui repprochait de s'enfoncer dans la norceur de la depression simplement par ce que selon lui c' etait le seul moyen de creer. Il reprochait a des poemes comme ceux ci d' etre d' une naivite fleur bleu et de n' etre en aucun cas de l' art. Je prefere l' art enfante dans le bonheur et c' est pour cette raison qu' une fois encore je lirais prevert ce soir... Tiens je le lirais a choupinou car la bonheur ca s' apprend tres tot...
Merci pour ta visite... Je reviendrais chez toi princesse

mowglinomade a dit…

J'adore ce poême. Quand j'étais petite, ma maman me le fasait écouter sur un vieux mange disque, chanté par Brassens.

n-talo a dit…

je disais à ma fille cadette qui me lisait un poème à toute allure que, la poésie, j'imprimais pas tout de suite, j'ai besoin de lire et relire ... sauf prévert ... peut-être à force d'avoir, lu, relu, entendu, récité mais j'aime toujours, c'est bon et d'actualité non ?

laurette a dit…

euh... Prévert d'une naïveté fleur bleue, il faudrait que ton copain relise son oeuvre, c'est vrai que certains de ses poèmes semblent naïfs, mais si on creuse un peu, pas tant que ça...
Prévert a bcp écrit aussi pour le Groupe Octobre, il a aussi des écrits anti militariste, anti religieux, anti ... et aussi bcp sur l'amour.
Il disait lui même en parlant des ses "écrits" (le mot poème ne lui convenait pas) : "je n'ai pas de permis de chasse, je suis un braconnier"!!

laurette a dit…

euh, cela dit... en me relisant je me dis que je suis peut être "pète sec", pardon, c'est la "passion" qui parle, merci princesse petit pois pour ce nouveau texte, c'est toujours un ravissement de lire Prévert...

Princesse Petit Pois a dit…

Ce que j'aime chez Prévert, c'est qu'il cache derrière une fausse simplicité et une fausse naïveté, une profondeur et une grande recherche. Pour ce qui est de la nécessité de la noirceur et du malheur pour créer, je vais faire un message là dessus tellement ça me parle...

Mondemo a dit…

Les grands esprits se sont rencontrés ce WE ... Prevert s'est aussi rappelé à mon bon souvenir lors d'un dimanche baby-sitting :)

Ces paroles entraînent immédiatemment à un voyage dans l'imaginaire ...